Pop Culture

Nowhere (1997) – Celluloid Love

Oh Gregg Araki, mon amour de toujours, mon chouchou, mon adoré, qui a sauvé une grande partie de mon adolescence isolée et dépressive, je lui dois tant.

Comme beaucoup, j’ai découvert le réalisateur avec The Doom Generation, le road movie meurtrier avec Rose McGowan, Jonathon Schaech et celui qu’on voit dans presque tous les films d’Araki (et on ne s’en plaint pas), James Duval. Je me souviens l’avoir téléchargé un peu par hasard avant de le regarder en pleine nuit en fumant clope sur clope dans mon lit d’ado (avec la fenêtre ouverte pour pas me faire engueuler, quand même) et m’être pris une claque gigantesque. Je l’ai regardé trois nuits d’affilée après ça, tellement j’étais sur le cul. Et si j’aime également ce film de tout mon coeur, ce n’est pas celui qui obtient la médaille d’or dans mon coeur en ce qui concerne la filmo d’Araki.

Après la claque de The Doom Generation, je me suis dégoté les autres films disponibles de Gregg Araki, j’ai pris une autre torgnole avec Mysterious Skin qui me hante encore aujourd’hui mais que j’ai étrangement beaucoup plus de mal à revoir (ok en réalité ça n’a rien d’étrange quand on sait que ça parle de pédophilie, disons que c’est vachement moins facile à digérer). Et puis je suis tombée sur Nowhere. Et alors là, j’ai convulsé de plaisir. Depuis, je l’ai revu approximativement six cent fois, rapport au fait que je reste avant tout une grosse maniaque obsessionnelle, et plus de dix ans après mon premier visionnage, je n’en suis toujours pas lassée.

Oui, c’est bien Rose McGowan, Traci Lords et Shannen Doherty. 

Nowhere, ce n’est pas une histoire, c’est mille histoires croisées – celles d’une tripotée d’adolescents paumés de Los Angeles qui passent leur temps à se défoncer et à se mettre des doigts dans les trous, parce qu’il n’y a que comme ça qu’ils se sentent vivants. C’est un film absurde, violent, brutal, drôle, mélancolique, tragique et comique, tout à la fois. Mais surtout, c’est une esthétique qu’on ne retrouvera plus jamais parce que, bien qu’on essaye de les faire revenir tant bien que mal, les années 90 sont bel et bien terminées et ne reviendront jamais, du moins pas à l’identique. Et vous le savez, s’il y a bien un truc qui me fait péter les plombs de bonheur et qui pourrait me faire le même effet que le reflet de Narcisse, à savoir me retenir piégée pour toujours, c’est bien l’ambiance 90’s trasho-gotho-hipsto-VHS.

Oui, on y retrouve aussi Rachel True, soit Rochelle de The Craft, parce que tant qu’à me faire plaisir, autant me faire double voir triple plaisir – je dis triple, parce que la chevelure indigo que vous voyez ci-dessus appartient à Kathleen Robertson qui joue une giga-garce qui répond au doux nom de… Lucifer. Comment voulez-vous que l’ado que j’ai été (wink wink) reste de marbre face à autant d’éléments ? Pas possible, déso.

J’aimerais vivre dans ce film, être ce film, manger ce film, le respirer, le fumer, je perds toute objectivité quand j’en parle tellement j’en suis folle. Folle de son fouillis, de ses couleurs criardes, de ses personnages caricaturaux et braillards, de ses discours pseudo-nihilistes d’adolescents en mal de sensations fortes, de ses tragédies, de sa fatalité. Vous pouvez même essayer de prendre un shot à chaque fois que vous croisez un acteur ou une actrice que vous connaissez, y a de quoi finir carpette à la fin de la pellicule.

Sans parler des décors…

Et des costumes, bien sûr. J’attends toujours une occasion de reproduire ceux-là avec quelqu’un d’autre pour une soirée déguisée :

Maintenant je vais aller bosser comme une adulte semi-responsable en luttant contre envie de fermer les rideaux, de me remettre au lit et de lancer Nowhere.

Publicités

3 réflexions au sujet de “Nowhere (1997) – Celluloid Love”

  1. Aaaaah, tu as si bien résumé l’univers de ce film, j’ai l’impression de me rouler dans des vêtements en plastic transparent et fluo. La découverte d’Araki a été un choc et une révélation pour moi aussi, ce film est également celui que je préfère de ce réalisateur. C’est le cocktail parfait : aussi esthétique que délicieux, qui met dans un état second.

    J'aime

  2. Oh génial c’est une super coïncidence je fais justement une partie de mon mémoire sur Nowhere! The Doom Generation a aussi une place dans mon coeur mais c’est définitivement Nowhere que je préfère, notamment pour comme tu l’as dis son aspect hybride. Vive Araki!

    J'aime

  3. Faut que je vois ces 2 films, car je n’ai vu (et re-revu) que Mysterious Skin qui m’a énormément fascinée à l’époque et mise mal à l’aise bien sûr, avec cette pédophilie abjecte… Merci pour cet article immersif, qui me donne envie de faire un p’tit trip sympa et allumé dans les 90’s.
    Vive Araki et vive ton blog et toutes tes créations littéraires 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s