TUNNEY,BALK,R TRUE,N CAMPBELL THE CRAFT COLUMBIA 01/05/1996 CTJ27351

Que se passe-t-il quand on mélange années 90, adolescence goth et sorcellerie ? On rend Jacko complètement zinzin de bonheur, voilà ce qui se passe.

Parmi les films que j’ai visionnés beaucoup trop de fois, personne ne sera donc surpris d’apprendre qu’on retrouve The Craft (Dangereuse Alliance en V.F.) dans les top 10. Je sais que nous avez été très nombreux-ses à le découvrir en rediff pourrie sur M6 à des heures diverses de la nuit et de la journée et qu’il fait partie des totems d’adolescence de beaucoup d’entre vous.

craft-seance

En plus, j’ai récemment eu l’excuse parfaite pour le revoir puisque mon mec a fait l’erreur monumentale de me répondre « Je ne l’ai jamais vu, je crois… » à l’un de mes énièmes monologue sur The Craft. Il ne m’a pas fallu plus de cinq minutes pour lui visser le cul au canapé et lancer le film.

Voici donc 5 raisons de revisiter The Craft et de se rouler dans sa magnificence.

  1. Les fringues, duuuuh.

still-of-fairuza-balk,-neve-campbell,-robin-tunney-and-rachel-true-in-the-craft-(1996)-large-picture

Quand j’étais ado, je m’inspirais beaucoup des films pour me créer une garde-robe (ce qui n’a rien d’exceptionnel, je vous l’accorde), et si on a pu me voir traîner dehors en petites écolière rebelle tartinée d’ombre à paupière plus noire que mon âme, c’est bien grâce à The Craft (et un peu Sexe Intentions, mais je vous en parlerai dans une prochaine édition de Celluloid Love).

tumblr_inline_mn7smxSQJx1qz4rgp

Malheureusement, j’ai eu 13 ans en l’an de 2000, du coup j’ai loupé le coche sur quelques modes parce que je m’habillais encore avec des pulls tricotés à motifs qui m’arrivaient aux genoux jusqu’en 3ème.

tumblr_n0egtsmtwT1rpwwe9o1_500

Heureusement que la mode des 90’s revient en full power parce que ça permet aux gens comme moi qui n’ont pas eu la possibilité ou les moyens financiers de la porter à l’époque de se rattraper aujourd’hui.

still-of-fairuza-balk,-neve-campbell,-robin-tunney-and-rachel-true-in-the-craft-(1996)-large-picture-1

2. Nancy la zinzin

tumblr_inline_mn7t7llbod1qz4rgp

Comment ne pas aimer Nancy ? Comment ne pas la détester ? Comment ne pas ADORER la détester ?

anigif_enhanced-32162-1413397703-1

Avec sa vie toute pourrie et ses blessures qu’elle tente de dissimuler sous une attitude badass et blasée alors qu’en vrai c’est un petit chaton abandonné sous la pluie (bon, un peu vénère le chaton, mais tout de même), Nancy reste aussi touchante qu’agaçante.

anigif_enhanced-29459-1413395960-4

Enfin, elle fait surtout peur quand même. On est nombreuses à s’être pissé dessus en la voyant péter un boulard sous l’influence de Manon et de sa propre jalousie.

3. La déco

Nancy a d’ailleurs été l’une de mes premières inspirations concernant la décoration de ma chambre et la création d’un « autel ».

Hexenclub, Der / Craft, The USA 1996 Regie: Andrew Fleming Darsteller: Fairuza Balk Rollen: Nancy

Vers 17 ans, j’ai recouvert les murs de ma chambre d’une mosaïque de coupures de magazines, de posters, de petits mots d’amis, de cartes postales – encore aujourd’hui je suis assez fière quand j’y repense, ça allait vraiment du sol au plafond et pas un centimètre de mur n’était visible derrière mon collage.

giphy-1

J’y ai passé des nuits entières et mes murs reflétaient exactement ma personnalité et mes aspirations de l’époque, c’était une chambre qui me ressemblait complètement (notamment parce qu’elle était toujours en bordel avec des meubles un peu délabrés). Les montants de mon lit étaient barbouillés de messages laissés au marqueur par tous ceux qui étaient passés dans ma chambre (j’avais même un coin secret où je notais les noms des garçons que je voulais y attirer…).

1446129275CRAFT_7

En dehors de ça, le film est évidemment plein de bougies, d’encens et de kitscheries encore chères à mon coeur aujourd’hui et j’y pense toujours très fort quand je réfléchis à l’ambiance que je veux donner à mon appartement.

4. L’amitié entre meufs

Avant que tout parte en sucette, les meufs de The Craft partagent des moments hyper touchants, se font des soirées pyjama devant Ma Sorcière Bien Aimée et jouent aux petites sorcières elles-mêmes en testant de nouveaux sorts.

the craft 14

(vous noterez que Nancy ne lâche pas son vinyle noir même pour les soirées pyjou)

En dehors de l’aspect magie (que je n’ai jamais réussi à maîtriser, pas faute d’avoir essayé), j’ai toujours adoré ces petits moments entre filles au cours desquelles on refait le monde et on se réinvente à l’infini en se cherchant à plusieurs.

tumblr_ng3iv87XOY1qa409eo1_1280

Je suis d’ailleurs assez triste que plus personne n’organise de soirées pyjama sous prétexte qu’on a plus de 15 ans. Je vais y remédier, je crois. C’est mon nouveau but pour 2016 : organiser une petite soirée pyjama avec des copines, des plaids et des teen movies. (maintenant que j’y pense, j’ai une copine qui nous fait ça de temps en temps en fait, donc ça va, je devrais pas me plaindre).

5. La magie, duuuhhhhhh.

BAH OUI HEIN.

giphy

Qui n’a jamais rêvé de pouvoir changer la couleur de ses cheveux ou des ses cheveux à volonté sans les abîmer ? De contrôler les éléments ? De faire craquer son crush et de le rendre fou amoureux ? De se venger de la vilaine connasse qui fait de notre vie un enfer au lycée ?

4b2966aec175e6a1991409e866a14c2c

Sans dec’, ce film avait tout. Tout.

giphy-2

Y compris l’une des meilleures répliques du monde :

tumblr_mn7vqmpkQH1qkx6vfo1_500

D4rk besos à tous les weirdos qui essayent de devenir des adultes fonctionnels mais qui gardent toujours cette part d’adolescence rebello-mystique en eux.